Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 mai 2014 2 13 /05 /mai /2014 06:49

Bonjour,

 

Continuons la présentation de l'outillage nécessaire à la pratique du modélisme radiocommandé.

Je vous ai déjà présenté les divers adhésifs utilisés en RC, passons maintenant aux colles.

En modélisme, l'utilisation de la colle est inévitable. Par exemple, l'usage de diverses colles est obligatoire pour achever le montage d'un aéronef RC.

L'auto RC ne dispense pas l'utilisation de la colle, loin s'en faut.

Voici donc les deux types de colles que vous devez toujours avoir à disposition dans vos caisses de terrains (en auto comme en aéromodélisme).


- La colle époxy bi-composants:

Ce type de colle est disponnible en tubes ou encore en seringues.


Elle est constituée de 2 composants: une résine et un durcisseur
Il faut mélanger (à part égale) ces 2 composants afin d'obtenir un produit homogène.

Il existe plusieurs versions avec des temps de prises plus ou moins rapides.
J'utilise la version prise rapide (5 minutes environ).
Cette colle permet d'avoir un montage manipulable après 2 heures de séchage. Au bout de 24 heures la résistance maximale, de la zone collée, est atteinte.

J'utilise ce type de colle pour renforcer ou réparer les carrosseries de Mini-Z. La résistance est excellente, je préfère l'Araldite à la cyanoacrylate lorsque cela est possible (aucune réaction avec les matériaux).

 

- La colle Cyanoacrylate:

Aujourd'hui présente sous diverses marques, sous diverses formes (liquide, gel) et avec des propriétés variés (étanchéité, élasticité, ...)
C'est la colle obligatoire pour coller les pneus sur les autos RC.
La prise est très rapide, attention à vos doigts donc !
Privilégiez, si possible, les flacons gouttes-à-gouttes ou bien les micro-applicateurs.
Il peut être également intéressant d'utiliser, en complément, un activateur aérosol. L'activateur permet de solidifier presque instantanément la colle cyanoacrylate (cela est très utile sur les collages délicats).

 

 

- La colle "Soliq":

Ci-dessus, le kit de base et une cartouche de recharge. Comptez environ 20€ pour le kit de base (constitué d'une cartouche de colle, du support de cartouche, de la lampe à UV, d'une lime pour finition après collage et de lingette imprégnées de solutions dégraissantes). La cartouche de colle de rechange coute environ 9€.

Comme je vous le disait précédemment, je voulais tester cette nouvelle colle liquide à polymérisation par ultra-violet. La Soliq est donc une colle qui sèche très rapidement en présence d'UV. En 3 à 8 secondes, votre collage est sec et transparent ! Maintenant que je l'ai je ne peux plus m'en passer, elle est tout simplement géniale !

L'utilisation est très simple: il faut préalablement bien nettoyer et dégraisser les surfaces de collage (comme avec toute colle), appliquez ensuite la quantité nécessaire de colle et utilisez la petite lampe UV pour faire polymériser la résine constituant cette colle. La polymérisation durera entre 3 et 8 secondes suivant l'épaisseur de colle et sa capacité à recevoir les rayonnements UV. La Soliq n'attaque pas les matériaux à coller. De plus une fois sèche elle pourra être poncée, percée, taraudée et peinte sans aucun problème !

Cette colle à bien évidement des limites, sans quoi elle pourrait remplacer toutes les autres colles du marché ! Le collage à la Soliq à besoin d'exposition directe aux UV. Impossible d'obtenir de polymérisation si le collage est fermé, étanche à la lumière. La résistance mécanique est inférieure à une colle époxy. Ce sont les seuls points faibles de ce produit révolutionnaire.

 

J'utilise à présent la Soliq pour préparer les pièces en carbone de mes autos.

Le carbone, est vulnérable sur les faces usinées qui n'ont plus de vernis de protection. J'utilise donc la Soliq pour créer un cordon étanche de protection. Le résultat est sans commune mesure par rapport à la cyanoacrylate !

 

 

En définitive, comme pour tous les consommables, le chapitre des colles est lui-aussi non exhaustif. Les fabricants innovent sans cesse et développent de nouveaux produits de collage.

PS: Dans peu de temps j'essaierai la résine à polymérisation par ultra violet. J'ai eu d'excellents retours sur ce type de colle (colle tout, sur tout et sans réactions). L'avantage est son séchage instantané dès exposition aux UV (lampe UV fournie avec la colle). Une fois sèche, la colle pourra être poncée, percée, taraudée, peinte, ...

Un produit prometteur qu'il me tarde d'essayer.

Partager cet article

Published by Kuruma - dans Outillage
commenter cet article
18 avril 2014 5 18 /04 /avril /2014 08:55

Bonjour,

Voici la présentation d'une petite merveille reçue il y a peu de temps.
Je dois dire que ce modèle de chargeur m'intéressait beaucoup depuis sa sortie fin 2013.

Ce chargeur (Racing Star RS16) est commercialisé par le fabricant SkyRC.
Autant vous le dire tout de suite, cela n'a rien à voir avec la gamme des chargeurs Imax.

Ici la qualité, la sophistication et la performance sont les grandes lignes directrices du cahier des charges de ce chargeur.

 

SkyRC à voulu concevoir un condensé de technologie destiné particulièrement aux modélistes autos souhaitant avoir un produit facilement utilisable dans les stands de leurs pistes favorites.

Les dimensions de ce RS16 sont tout à fait étonnantes, jugez plutôt:
- longueur de 92 mm  
- largeur de 111.4 mm
- hauteur de 50 mm

Alors, qui dit mieux ?

 

Evidemment ce chargeur ne possède pas d'alimentation intégrée, il faudra donc en utiliser une externe.

Comme vous le savez, les chargeurs à tendance pro ou semi-pro sont systématiquement dépourvu d'alimentation intégrée, le RS16 ne déroge donc pas à la règle.

SkyRC à développé une alimentation spécifique au RS16. Cette dernière est aussi compacte que le RS16 lui-même. Le chargeur se connecte sur son alimentation (Skyrc eFuel 17A) par l'intermédiaire de 2 prises PK mâle/mâle enfichés sur le dessous du chargeur. L'avantage est l'absence de câble d'alimentation entre le chargeur et sont alimentation.

Je n'ai pas acheté l'alimentation dédiée mais vous verrez, plus loin, pourquoi ...

En terme de charge, il est capable de charger tout ou presque (LiPo, LiIon, LiFe, NiCad, NiMh, Pb).

 

Caractéristiques techniques du RS16:

DC Input Voltage: 11-18V
Display Type: 2x16 LCD
Display Blacklight: Blue
Controls: Joystick
Case Matérial: Aluminium
Cooling System: Built-in fan x1pc
Case Size: 92 x 111.4 x 50 mm
Weight: 405 gramms
PC Communications: USB Port for PC Control & Firmware Upgrade
External Port: Balance Socket-XH, Temperature Probe Socket, Battery Socket, DC input, Micro USB Port for PC

Delta Peak Detection: NiMH/NiCad: 3 - 15mV/cell
Charge Cutoff Temperature: 20-80°C (adjustable)

Charge Voltage: NiMH/NiCad: Delta peak detection
                  LiPo: 4.18-4.3V/cell
                  LiIon: 4.08-4.2V/cell
                  LiFe: 3.58-3.7V/cell

Balance Current: 200mA/cell
Reading Voltage Range: 0.1 - 25.8V/Cell

Battery Types/Cells: LiPo/LiIon/LiFe: 1-6 cells
                        NiMH/NiCad: 1-15 cells
                        Pb: 2-20V

Battery Capacity Range: NiMH/NiCad: 100-50000mAh
                            LiPo/LiIon/LiFe: 100-50000mAh
                            Pb: 100-50000mAh

Charge Current: 0.1A-1A (±0.3A)  1A-16A (±10%)
Safety Timer: 1-720 minutes/off
Charge Wattage: 180W
Discharge Current: 0.1A-8A (±10%)

Discharge Cut-off Voltage: NiMH/NiCad: 0.1-1.1V/cell
                                LiPo: 3.0-3.3V/cell  ;  LiIon: 2.9-3.2V/cell
                                LiFe: 2.6-2.9V/cell  ;  Pb: 1.8V

Discharge Wattage: 30W
Balance Cells: 6 cells
Memory: 10 differen charge/discharge profiles

Charge Method: CC/CV for lithium types and lead (Pb) batteries
                   Delta-peak Sensitivity for NiMH/NiCad

 

La finition extérieure:

Le RS16 est construit autour d'un boitier en aluminium anodisé rouge. Plusieurs ailettes de refroidissement sont présentes pour dissiper les calories superflues.
Le boitier est fermé de chaque côtés par une tôle en aluminium noir.

Un large écran LCD, rétro éclairé bleu, est intégré au centre du chargeur.
Sur la partie basse, enfin, un joystick est présent pour la navigation dans les menus.

 

Une connectique complète:

Nous retrouvons de gauche à droite:
Une platine d'équilibrage très complète (de 2S à 6S) et son câble de connexion au chargeur.
Un câble d'alimentation avec sa prise XT60
Un câble de charge à personnaliser (PK Ø4 d'un côté et câbles étamés de l'autre)
Et enfin un cordon de charge pour accus 2S Hardcase

 

Faisons le tour du propriétaire: "Petit mais costaud" pourrait bien qualifier ce chargeur étonnant.

La face droite du RS16:

Sur le côté droit, à l'arrière, une prise mâle XT60 est encastrée. L'indication "Input" est sans équivoque: c'est par cette prise XT60 que l'on alimentera le chargeur via une alimentation stabilisée (cette entrée est prévue pour toute utilisation d'une alimentation 12V autre que celle développée par SkyRc).  

A gauche de cette entrée 11-18V on retrouve un port d'équilibrage (1 à 6S). A ce titre il faut veiller à bien localiser la borne négative (-) avant de connecter la platine d'équilibrage externe (il n'y a pas de détrompeur).

Continuons avec la présence d'un port pour sonde de température externe. La sonde (non fournis avec le chargeur) permet de contrôler la température pendant la charge / décharge de vos accus. L'utilisateur configure les températures limites à ne pas dépasser (les températures maximales varient d'une marque à l’autre et d'un type d'accu à l'autre). La sonde n'est pas un artifice car elle permet de stopper la charge ou décharge lorsque le seuil critique est proche. Cela permet d'éviter bien des accidents ...

Enfin nous trouvons la sortie pour la charge "Output".
Le RS16 ne possède qu'une seule sortie pour la charge. Personnellement cela m'est suffisant.
La puissance maximale de charge de 180 Watts est tout simplement bluffante sur un chargeur si compact.
Il est donc possible de recharger un accu très rapidement (en veillant bien entendu à rester cohérent avec l'intensité de charge).

 

La face gauche du RS16:

Sur le côté gauche, à l'arrière, un ventilateur est intégré au boitier. Ce dernier, thermo-régulé, se déclenche en fonction de la température interne du chargeur.
L'utilisateur peut à tout moment contrôler la température interne (boitier) et externe (de l'accu) sur l'écran du chargeur.

Pour clôturer cette face gauche, nous trouvons un port USB.
Via ce port, il est possible de mettre à jour le firmware du chargeur.
Mais ce n'est pas tout, grâce au logiciel SkyRC "Charge Master" il est possible d'intervenir sur tous les paramètres du chargeur, de visualiser les différentes courbes de charges/décharges et d'équilibrages de vos accus.
Les paramètres, ainsi que les données sont enregistrables.

 

La face inférieure du RS16:

Sur cette face, vous pouvez remarquer les deux prises PK Ø4 intégrées.
Elles servent uniquement à l'alimentation du RS16 avec l'alimentation SkyRC eFuel 17A.

 

En fonctionnement:

L'IHM est tout simplement parfaite à mes yeux.
Pour peu qu'on ai lu préalablement la notice, il est aisé de naviguer dans les différents menus.
Et même sans cela, tout est si intuitif que l'on ne se perd pas.

Le RS16 est capable de charger tout ou presque (LiPo, LiIon, LiFe, NiCad, Nimh, Pb).
L'utilisateur peut intervenir sur tous les réglages pertinents et les sauvegarder dans la mémoire interne du chargeur (jusqu'à 10 profils mémorisables).
La cerise sur le gâteau: le joystick de navigation qui offre une très bonne ergonomie.

 

Une taille mini: Comme je vous le disais, ce chargeur sait se faire discret. Sa taille est tout simplement minuscule.
 

Mini-Z vs SkyRc RS16:

 

En conclusion:
Un futur must have !
Aussi élégant que performant et le tout dans un format micro.
Complet tout en restant simple d'usage, voilà l'une des caractéristiques fondamentales de ce chargeur !

Je vous conseils donc vivement ce chargeur que l'on pourrait comparer à un couteau Suisse !

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Une alimentation, oui, mais pas n'importe laquelle:
Comme vous aurez pu le lire plus haut dans ce post, le RS16 à besoin d'une alimentation en courant continu de 11 à 18V.

Il y avait la solution simple d'acheter une alimentation de modélisme, comme par exemple la version SkyRc eFuel 17A (conçue pour le RS16) qui aurait été parfaite.
Seulement je voulais quelque chose de plus puissant, "qui en a sous le pied" comme on dit !
 
Je vous l'accorde, il existe des alimentations de modélisme plus puissantes que la eFuel 17A de SkyRC.
Mais je restais sur ma faim, prix élevés au vu des caractéristiques assez communes de ces grosses alimentations RC. Je suis très à cheval sur la qualité du matériel que j'utilise.
Alors mettre une certaine somme juste pour avoir une alimentation lambda, estampillée par une marque de RC ne me disait rien du tout.

Pour ce faire, j'ai opté pour une solution testée et approuvée sur un autre de mes chargeurs qui n'a pas encore été présenté sur ce topic.
J'ai effectué pas mal de recherches pour trouver une source d'alimentation fiable et puissante.

J'ai constaté qu'en aéromodélisme beaucoup de pilotes utilisaient des alimentations assez inédites. Les "petits gros" électriques, nom donné aux gros aéronefs RC, utilisent des accus Lipo dont les capacités sont très grandes.
Les pilotes de ces modèles utilisent des chargeurs très puissants et des alimentations capables de fournir le courant demandé.
Ces utilisateurs font souvent appel à des alimentations industrielles modifiées ou à des alimentations de serveurs informatiques, elles aussi, modifiées.
J'ai opté pour cette dernière option (une alimentation de serveur modifiée).

 

Pourquoi ce choix ?
Les alimentations des serveurs informatiques doivent fournir une tension stabilisée très pure (à découpage). De plus leur fiabilité doit être exemplaire, travail continue en charge.

Comme je voulais du fiable et solide, mon choix était tout fait.

 

La préparation de l'alimentation:
J'ai commandé cette alimentation sur ebay auprès d'un vendeur à qui j'avais déjà acheté une alimentation du même type (encore plus puissante et que je présenterai bientôt).
Ce vendeur modifie lui-même des alimentations de serveurs d'occasions. Mon premier achat a été un modèle déjà modifié (que je vous présenterai bientôt).
Pour mon RS16, je voulais une alimentation brute, que je modifierai moi-même (plus économique et plus gratifiant). Bon je dois avouer que c'était un prétexte pour pouvoir en "désosser" une complètement !

Etant donné les caractéristiques du chargeur RS16 de SkyRC, j'ai opté pour une alimentation de serveur Dell de 12V et d'une puissance maximale de 750 Watts !!
Cette alimentation est capable de délivrer une intensité en continue de 62.4 ampères !!!!

Autant vous dire que j'ai un matelas confortable avant d'atteindre les limites de cette alimentation !

 

Vue d'ensemble de mon alimentation:

Je vous l'accorde, ce type d'alimentation est moins esthétique que celles dédiées au modélisme. Mais ce critère est subjectif lorsque l'on recherche la performance. D'ailleurs je ne réfute pas l'idée de créer, un jour, un habillage pour mon alimentation.
Pour le moment l'aspect "brut de décoffrage" me plait beaucoup !

 

Première étape: démontage de l'alimentation pour un nettoyage complet (pinceau + aspirateur).

 

Partie supérieure et inférieure démontées:

 

Détail de la partie inférieure:

 

Le bornier avant:

 

Un ventilateur massif permettant de dissiper efficacement la chaleur:

L'intérieur et le ventilateur étaient relativement propres (les serveurs utilisant ces alimentations sont généralement dans des lieux très propres où l'air est filtré).

 

Les caractéristiques techniques de cette alimentation Dell:

 

La face arrière de l'alimentation:

Sur cette face arrière vous constaterez 3 leds de diagnostique. Ces led permettent de desceller rapidement toutes avaries de l'alimentation.

Passons à la modification de mon alimentation. Cette alimentation nécessite 2/3 modifications pour être opérationnelle.

 

Kit de modification:

Ce kit comprend deux prises PK femelles Ø4mm et 3 jumpers (2 seuls sont utiles).

 

Tout ce passera sur la face avant de l'alimentation:

 

Les modifications à apporter:

A- Il faut tout d'abord utiliser 2 jumpers, pour relier les pins A1 à B1 et A2 à B2. Cela permet d'activer la thermo-régulation de l'alimentation (pour ne pas avoir le ventilateur tournant à son régime maxi tout le temps).

B- Il faut à présent que le pin "B6" entre en contact avec le bornier d'alimentation repéré "PB1".
Pour ce faire, il est préconisé de tordre le pin avec une pince.
Cette solution ne me plaisait pas. J'ai donc d'abord formé le pin pour l'amener en contact avec PB1, puis j'ai soudé à l'étain le contact de ces deux entités. A présent aucun risque que le contact soit rompu !
Normalement il n'y a rien d'autre à faire. J'ai tout de même isolé l'extérieur des borniers de puissances non utilisés (PB1, PB2, PB4 et PB5). On est jamais trop prudent !

 

Modifications faites:

Est ensuite venu le moment fatidique, celui du premier test.
Et bien je suis ravi car tout fonctionne parfaitement !

 

Test avec mon B6AC:

Les led de diagnostiques m'indiquent que l'alimentation n'a aucune avarie en fonctionnement donc modification approuvée et validée !

Voilà donc une alternative aux sempiternelles alimentations spécifiques à la RC qui restent somme toute assez communes.

 

Pour clore ce message digne d'un roman policier, j'ai commencé mes tests avec mon nouveau chargeur RS16. 

Pour le moment je suis très satisfait de ce package qui fonctionne à merveille !

Alors n'hésitez plus le jou où vous aurez besoin de plus de puissance de charge: pensez aux alimentations de serveurs !

Partager cet article

Published by Kuruma - dans Accessoires RC
commenter cet article
1 avril 2014 2 01 /04 /avril /2014 07:58

Bonjour,

Continuons avec la présentation des chargeurs que j'utilise en modélisme RC.

Mon chargeur Team Orion Advantage est capable de charger les accus au lithium. Néanmoins ce dernier ne les équilibrent pas.

 

Pour pouvoir convenablement charger les accus à base de lithium (LiPo, LiCo, LiFe, LiIon, ...) il me fallait opter pour un chargeur vraiment apte à la charge de ces accus.

 

Je vous présente donc mon chargeur / déchargeur SkyRC Imax B6AC.

 

L'un des best seller des chargeurs d'entrée de gamme est l'Imax B6 (ici le mien en version B6AC)

 

 

Caractéristiques techniques de l'Imax B6AC:
1. High-power and high-performance circuit
2. Microprocessor controlled
3. Maximum safety: Delta-peak sensitivity, Capacity limit, processing time limit, tempreture limit, input power monitor
4. Monitoring the voltage of individual cell
5. Can charge Li-ion / LiPo / LiFe 1-6 cells, and Ni-Cd / NiMH 1 -15 cells
6. Dual Power, built-in AC adapter
7. UndefinedLarge range of charge currents
8. Store function, allows safe storage current, and data storage (Store up to 5 packs in memory)
9. Battery break in and cycling
10. Built-in temperature sensor
11. Separate voltage detector for balance charge mode.[/size]

Descritpion:
Color: Bright blue
Operation voltage range : DC 11.0 ~ 18.0 Volt or AC 100V ~ 240V 50/60Hz
Circuit power : AC to DC adaptor (DC 11.0 ~ 18.0V / 5A)
Max. charge power 50W
Max. discharge power 5W
Charge current range : 0.1~5.0A
Discharge current range : 0.1~1.0A
Current drain for balancing Li-Po : 300mAh/cell
NiCd / NiMH battery cell count : 1~15 cell
Li-Ion / Polymer cell count : 1~6 series
Pb battery voltage : 2V~20V
Weight : 546g (Net Weight)
Dimensions : 136 x 141x34mm

 

Ce chargeur est devenu très vite une référence en terme de "premier chargeur" pour l'utilisateur nouvellement converti aux accus Lipo. Il est encore aujourd'hui un chargeur très populaire auprès de très nombreux modélistes. Ces derniers apprécient sa programmation aisée et son prix très attractif (environ 55€ en France).

 

 

L'Imax B6 de cette génération existe en deux versions:

- Le B6 standard (obligeant l'utilisateur à le connecter à une source d'alimentation externe continue de 11 à 18 Volts)

- Le B6AC qui permet à l'utilisateur le choix entre deux sources d'alimentations (AC ou DC). Cette version est donc plus imposante par l'intégration d'une alimentation 12V intégrée dans le boitier du chargeur.

 

La finition extérieure du B6AC:
Je n'ai pas pu m'empêcher de changer la visserie (ici visserie inox FHC et BHC + rondelles cuvettes en aluminium anodisé rouge) pour une finition plus soignée !

D'origine, la finition est bonne et valorisante avec l'utilisation de panneaux en aluminium de couleur bleue et la présence d'un écran LCD rétroéclairé, à deux lignes d'affichage. La connectique est complète avec les prises d'équilibrages encastrées (2S à 6S), les connecteurs de charges sont standards (prises PK femelles Ø 4mm encastrées elles aussi.

 

 

En fonctionnement:
L'Imax B6 fait ce qu'on lui demande sans toutefois être exempt de tous reproches. En effet, l'équilibreur interne n'est pas des plus précis.
Il est d'ailleurs possible de dépasser le seuil critique des 4.20V par cellules lorsque l'accu est chargé à 100%.

/!\ Les cellules des accus Lipo peuvent s'endommager rapidement au delà de ce seuil de 4.20V: risque de gonflement des cellules et de rupture des membranes entrainant des risques importants d'explosions/incendies !!

 

Il existe deux méthodes pour éviter ce genre de problème avec les Imax B6:

- La première est de remplacer quelques résistances internes de types CMS. Etant donné leurs petitesse il faut être plus qu'aguerrit avec un fer à souder (composants microscopiques). Ou alors sous-traiter ce travail à un pro de l'électronique, en ayant au préalable approvisionné les nouvelles résistances.

- La deuxième solution est de brider le chargeur en faussant volontairement les valeurs de ce dernier. L'imax B6 peut être étalonné. C'est à dire que l'utilisateur va pouvoir lui dire que pour une tension lue par le chargeur de 8.40V, il est en réalité 8.5V. On bride donc le chargeur pour ne pas atteindre les 4.20V par cellule signes d'une cellule Lipo chargée complètement. Dans ce cas, vous ne chargerez jamais à 100% votre accu au lithium. Il vaut mieux sacrifier quelques pourcents (de 2 à 5% de charge) plutôt que prendre des risques!

 

Il est également possible, après la charge de connecter votre accu à un équilibreur externe qui déchargera les cellules nécessaires pour atteindre une égalité parfaite entre elles (dans le cas de l'utilisation d'un accu de deux cellules ou plus).

 

En conclusion:
Vous l'aurez compris le B6 n'est pas sans défauts.
En prenant quelques précautions il deviendra vite indispensable auprès des débutants en modélisme RC et des "rouleurs" occasionnels (grâce à son tarif très contenu).

 

Une fiabilité optimisable (B6AC) ?
La version B6AC (avec alimentation intégrée) évite l'usage d'une alimentation 12V externe. Néanmoins l'intégration interne, de cette alimentation, n'est pas parfaite. Cette dernière ne peu pas convenablement évacuer la chaleur.

Il faut éviter donc de solliciter à 100% les performances du chargeur (en intensité de charge). Au maximum des capacités, il y a un risque de destruction très rapide de l'alimentation interne.
Et cela vous oblige soit à changer l'alimentation interne (à souder), soit à utiliser une alimentation 12V externe (à connecter sur la prise "input 12V" présente à l'extérieur du chargeur).

Le B6AC est toutefois fiabilisable pour les plus bricoleurs.
J'ai déjà réfléchi sur ce point pour fiabiliser le mien.

La principale cause de destruction des alimentations intégrées des Imax B6AC est du à un refroidissement inefficace.  

L'ajout d'un ventilateur de refroidissement doit être plus que bénéfique au B6AC.
Il faut juste récupérer une tension de 12V, en sortie d'alimentation (sur le circuit imprimé) par exemple, pour alimenter un petit ventilateur externe (qui acceptera cette tension).

Ce dernier est logeable sur le coté droit du chargeur (en ayant au préalable crée des trous pour la fixation du ventilateur et pour le passage du flux d'air.

Mon Imax B6AC sera modifié, de la sorte, sous peu (et je ne manquerai pas de vous présenter la modification) !

 

Un dernier point et non des moindres:
/!\ Méfiez-vous des contrefaçons !
L'Imax B6 est l'un des seuls chargeur contrefait. Malheureusement un succès commercial engendre des convoitises. Cela s'est traduit par des copies extrêmement proches des authentiques Imax B6AC !


Pour vous assurez que votre B6 est un original, il faut veiller à ce qu'il y ai bien une étiquette "SkyRC" apposée sous le châssis de votre chargeur. Si vous comptez acheter un chargeur identique d'occasion, il faudra obligatoirement demander au vendeur de vous faire une photo de cette zone.

Partager cet article

Published by Kuruma - dans Accessoires RC
commenter cet article
30 mars 2014 7 30 /03 /mars /2014 10:05

Voici à présent le meilleur chargeur pour accus NiMh que je possède.

C'est un Team Orion Advantage "Carbon Edition" commercialisé en 2005.

 

Ce chargeur à été conçu en étroite collaboration avec certains pilotes très connus et sponsorisés par la marque Suisse :
- Atsushi Hara
- Marc Rheinard
- Surikarn Chaidajsuriya
- David Spashett

Le but était de fournir le must en terme de charge d'accus Nimh !
La cible de clientèle était avant tout les pilotes engagés en compétition. Le prix d'appel était élevé (285$ à l'époque).

Cette évolution de l'Advantage (Carbon Edition) arbore ici un habillage carbone inédit.
Sur cette version spéciale, la charge des Lipo est même possible !

Caractéristiques techniques:
All Team Orion products are designed from the ground up, by racers for racers. This philosophy allows us to come out on top against the strongest competition while at the same time providing the best equipment for every level of racer and hobbyist. From the track to the backyard, we take battery charging in any application as seriously as charging our own World Championship winning V-Max Plus RDS cells. Team Orion has spent over a year of research and development with our team of designers, engineers, and our World Championship winning drivers such as Atsushi Hara, Marc Rheinard, Surikarn, and David Spashett, to bring you the charger you now see before your eyes.

The very popular Advantage Charging system has been updated with a new, high tech carbon fiber look case with charging function specifically for LiPo (lithium polymer) battery packs.

- Charge 1 to 8 cells
- 50 to 5400 mAh NiMH and NiCd batteries at 1 to 10 Amps
- 11 to 15 volts D/C input
- Customizable Linear, Flex and Step charging
- NEW LiPo charge function
- 5 charging memories
- Battery cycling
- Discharge at 1 or 10 amps
- Input and output short circuit Protection
- Attachable battery charging tray
- Full motor run-in feature
- Powers commutator lathes
- Full manual lap counting functions and displays: time elapsed, average lap time and number of laps
- Indigo Blue backlight 2 x 16 characters display
- Customizable user name
- English, German, French and Japanese displays
- Easy to navigate, 4 push button settings
- Choice of 3 different alarm tones or silent function
- Silicone output wires
- Built in Clock
- New high tech carbon fiber look case
- Dimensions 145 x 110 x 60mm
- Weight 500 Gramm


Etant donné l'année de commercialisation de ce chargeur (2005), autant vous dire tout de suite que cette fonction, de charge d'accus Lipo, est anecdotique. En effet, ce chargeur est dépourvu d'équilibreur.

Cette fonction "Lipo charge" était un bonus pour permettre aux pilotes d'autos RC de se familiariser avec cette technologie encore interdite en compétition. Il faudra attendre l'année 2009 pour voir les premiers accus Lipo autorisés en compétition.

Vous l'aurez compris, charger des accus LiPo n'était pas ce que l'on demandait à l'Advantage.

 

La finition extérieure:
L'Advantage était un chargeur haut de gamme, orienté compétition.
La version "Carbon Edition" arbore un habillage à effet carbone très réussit.
La programmation se fait par l'intermédiaire de 4 boutons permettant de naviguer dans les différents menus.
L'affichage est confortable avec un écran rétroéclairé bleu de 2 lignes de 16 caractères chacun.

Le boitier de l'Advantage est équipé d'un ventilateur (la fiabilité est de mise).

 

En fonctionnement:
L'Advantage devait fournir des performances de premier ordre pour les pilotes engagés en compétition.

 

Général:
En terme d'usage, l'Advantage carbon est alimenté exclusivement par une source continue (DC) de 11 à 15 volts.
Donc une batterie au plomb de 12V ou une alimentation stabilisée sont nécessaires.

La charge/décharge:
Team Orion à doté ce chargeur d'une possibilité de réglages très poussés pour tirer le maximum de performances des accus Nimh.
Cette sophistication est telle que la quantité de menus et de sous-menus est tout simplement impressionnante.
Et oui, il est parfois compliqué de concevoir une interface simple lorsque l'on souhaite fournir une gamme de réglages aussi vaste !!

L'utilisateur peut enregistrer, en mémoire, jusqu'à 5 profils de charge/décharge.

Une sonde de température est fournie avec le chargeur pour contrôler en temps réel la température des éléments Nimh durant la charge.
Le seuil de coupure pour température anormale est paramétrable.

 

Bonus:
Quelques fonctions très intéressantes ont été aussi intégrés par Orion dans ce chargeur. Un mode spécifique pour le rodage des moteurs à charbons est présent (moteur à connecter sur la prise de charge).
Dans le programme de rodage, l'utilisateur règle la tension souhaitée et il choisira le temps nécessaire pour effectuer le rodage.

Une fonction chronométrage est possible, mais très gadget à mon goût. Qui utiliserai un chargeur pour chronométrer ?

Et enfin il est même possible d'alimenter un tour à collecteur via un programme spécifique.


En conclusion:
Voilà un chargeur complet et complexe.

Certains diront que la complexité est la "rançon de la gloire".
Avec de l'habitude, la programmation des tâches courantes est rapidement mémorisée.
Néanmoins lorsque l'on souhaite accéder à un sous-programme rarement utilisé cela peut vite devenir un casse tête !

Heureusement un diagramme papier (style grafcet) est fournis par Orion pour pouvoir naviguer plus facilement jusqu'aux sous-menus désirés.

En définitif, ce chargeur propose un package très complet pour rendre bien des services dans les stands !
Il n'est pas exempt de tous reproches à cause d'une complexité trop présente.

C'est un modèle à privilégier pour les utilisateurs expérimentés et désireux d'avoir un produit très performant pour la charge des meilleurs accus Nimh !

 

Un modèle en revanche inadéquate pour un novice en modélisme. Il serait dommage d'être découragé à cause d'un chargeur trop compliqué !

On trouve aujourd'hui ce modèle assez facilement en occasion pour un coût assez faible (~ 50€).

 

Mon avis:
Mon Advantage Carbon à été acheté d'occasion il y a 3 ans. C'est de l'excellent matériel qui nécessite une étude poussée de la notice avant usage. Il charge parfaitement les accus Nimh et Nicd de toutes horizons (accus Mini-Z, accus pour radio, accus de chauffe-bougie, ...)


Pour les curieux, voici un test complet de l'Advantage Carbon réalisé par un magazine Américain:
http://www.radioracecar.com/pitlane/article.aspx?a=4475

Partager cet article

Published by Kuruma - dans Accessoires RC
commenter cet article
26 mars 2014 3 26 /03 /mars /2014 08:31

Bonjour,

Que ce soit en thermique ou en électrique, à l'échelle 1/43 jusqu'au 1/4, tous les modélistes RC utilisent des accumulateurs et des chargeurs.

 

En modélisme RC, les accus/batteries sont omniprésents:

- Accus de propulsions (RC électriques)

- Accus de réceptions (RC électriques sans BEC et RC thermiques)

- Accus d'émetteurs radio (RC électriques et thermiques)

- Accus de chauffe bougie (RC thermiques)

- Accus de banc de démarrage (RC thermiques)

- Batteries au plomb des caisses de terrains (RC électriques et thermiques)

- ...

 

Le choix en technologie d'accumulateur est aujourd'hui très vaste: NiCad, NiMh, LiPo, LiFe, LiCo, LiIon, Pb, ...

Ce qui en découle donc des modèles de chargeurs de plus en plus nombreux.

 

Je tâcherai de présenter, dans la section "Accessoires RC" de mon blog, les différents chargeurs en ma possession et que j'utilise fréquemment en RC.

Pourquoi ce sujet ? Car ce matériel est en constante évolution et les modèles commercialisés sont, aujourd'hui, tellement nombreux que bien souvent les novices comme les avertis sont perdus au milieu de se marasme.

Je vous présenterai donc, ici, l'ensemble des chargeurs que j'utilise en modélisme radiocommandé.

 

Pour commencer, voici la présentation de mon chargeur T2M Wizard Pro. Ce chargeur est sorti en 2004. Comme son nom l'indique, à l'époque ce chargeur appartenait à la gamme professionnelle des chargeurs de T2M.

Le Wizard Pro est rapidement devenu une référence en terme de charge !

 

J'utilise encore très souvent ce chargeur qui me rend bien des services.

 

 

Caractéristiques techniques du T2M Wizard Pro:
- Alimentation sur secteur ou 12 V en continu
- Charge intelligente contrôlée par microprocesseur.
- Charge Delta Peak de 1 à 8 éléments Ni- Cd ou Ni-Mh
- Courant de charge réglable de 0,1 à 5 ampères (3.0 A maxi en alimentation secteur)
- Mode “Programme” de charge automatique ou manuel.
- Mode de décharge automatique (réglable)
- Valeur de sensibilité du Delta Peak réglable de 3mV à 20 mV.
- Charge lente (d’entretien) réglable : 0, 100, 200 mAh.
- Lecture de la tension de la batterie, du Delta Peak en mV, du temps de charge, du courant et de la capacité.
- Lecture de mauvaise alimentation, mauvaise connexion batterie/chargeur et inversion de polarité (sortie).
- Présélection de paramètres en mémoire pour différentes sortes de batteries.
- Choix de différents sons et mélodies.
- Protection des inversions de polarité entrée et sortie et contre le court-circuit.

- Ecran LCD deux lignes de 8 caractères

 

La finition extérieure:
Extérieurement, le wizard pro possède une structure en plastique injecté.
De nombreuses ouvertures sont disposées pour dissiper la chaleur en fonctionnement.

Un écran LCD de 2 lignes est présent sur la face avant du boitier. 3 boutons permettent à l'utilisateur de naviguer dans les différents menus du chargeur.
Enfin un bornier de sortie (output) en aluminium, avec 2 prises PK femelles de Ø4mm, est présent sur la face avant du chargeur.

 

En fonctionnement:
Ce petit chargeur est très polyvalent. Il sait se faire discret en fonctionnement et il me rend encore bien des services (charge NiMh, NiCad des radios de mes autos, charge accus AA et AAA, charge accus NiMh des Mini-Z et Micro-T, ...)
Tout est paramétrable facilement et très intuitivement. Les menus sont clairs (pas de sous-menus par dizaines comme certains chargeurs de la même époque).

Enfin, le bornier de sortie permet de se confectionner soit-même les connecteurs dont on a besoin (pour recharger un chauffe-bougie, pour recharger l'accu d'une radio, pour recharger des accu AA ou AAA).

 

En conclusion:
Ce Wizard Pro est un chargeur extrêmement robuste et fiable. Il pèse son poids mais est assez compact (comparativement aux autres produits de l'époque).
Il a l'avantage de pouvoir soit être branché sur une source 12V continue (alimentation stabilisée de 12V ou batterie plomb 12V), soit directement sur le 230V AC du secteur. Alimenté en 12V DC il fournira le maximum de puissance (jusqu'à 5 ampères en charge).

Aujourd'hui facilement accessible d'occasion, il sera parfait pour un modéliste roulant exclusivement avec des accus Nimh ou Nicd et souhaitant un chargeur extrêmement simple à programmer et fiable dans le temps.

 

Avec tous ces avantages, ce n'est pas pour rien que ce le Wizard Pro fût un best seller !!

 

Partager cet article

Published by Kuruma - dans Accessoires RC
commenter cet article
27 février 2014 4 27 /02 /février /2014 19:22

Voici les principaux scotch et dérivés que j'utilise sur mes RC. Ce panel de différents modèles se constitue au fur-et-à-mesure, au grès des besoins et de l'expérience engendrée en modélisme RC. Dans ce sujet, vous découvrirez que chaque adhésif à son domaine de compétence et ses spécificités intrinsèques.


- Le Scotch tissé (couleur: gris):

Pour ce genre de scotch il faut de la qualité sous peine d'avoir une mauvaise accroche. Cette gamme d'adhésif allie deux avantages: solidité et résistance à l'eau.

Le scotch tissé possède une solide armature tressée de fils de polyester très résistants.
Je déconseille la découpe à la main car cela abime la structure de l'adhésif.

Je préfère utiliser un scalpel ou une paire de ciseaux pour avoir un fini propre.
J'utilise ce scotch pour renforcer et protéger mes carrosseries en lexan (de couleurs sombres).

 


- Le Scotch tissé (couleur: transparent):

Mêmes propriétés que la version grise. J'utilise cet adhésif pour protéger les carrosseries en lexan de couleurs claires.

 

 
- Le Scotch doubles-faces épais:

Ce scotch est inévitable en RC !
J'utilise le double-faces pour fixer les variateurs, récepteurs, interrupteurs, ...

Privilégiez un double-face avec une structure interne moussé. C'est primordiale car cela filtre une grande partie des vibrations que le châssis inflige à son électronique.

 

 

- Le Scotch aluminium:

J'utilise ce type de scotch exclusivement pour créer une isolation thermique (par exemple pour protéger le lexan, de la chaleur de la ligne d'échappement, d'une carrosserie d'auto thermique).

A posséder absolument si vous faites de la RC thermique !

 

 
- La bande auto-agrippante (Velcro) autocollante:

Ce type de produit est très utile pour plaquer, sur un buggy, les bords avants de la carrosserie (cela permet d'avoir un châssis bien protéger de la poussière).

La bande velcro est utile également pour fixer l'électronique sur un châssis. Vous pouvez ainsi démonter rapidement l'électronique pour la passer d'une auto à l'autre (utile, par exemple, lorsque vous n'avez qu'un seul récepteur pour plusieurs autos).

Le seul inconvénient du velcro est sa résistance aux chocs.

Pour le montage des composants électroniques plus imposants (variateurs électroniques, ...), privilégiez le double-face.

Enfin, le velcro est à éviter sur les châssis tout-terrain (poussières, chocs à répétitions, ...) !

 

- Les scotchs de masquages:

Encore un produit inévitable en modélisme radio-commandé !

J'utilise ce type de scotch pour tous les travaux de peintures de carrosseries RC (lexan ou ABS).
Il faut privilégier des rouleaux de faibles largeurs plus pratiques à utiliser.

Un bon scotch de masquage doit adhérer correctement à son support et doit créer une barrière parfaitement étanche à la peinture pulvérisée. Un autre élément clef d'un bon scotch de masquage est sa capacité à être décollé sans laisser de résidus de colles.

Attention, il existe des produits de masquages de qualités diverses. 

Il est donc impératif de faire des essais pour trouver la marque la plus adaptée à votre usage.

 

 

 

En conclusion il existe un large éventail d'adhésifs, ayant tous leurs domaines de prédilections en RC. Néanmoins, le monde de l'adhésif est tellement vaste qu'il est intéressant de régulièrement tester de nouveaux produits. Le listing ci-dessus, n'est donc pas exhaustif.

 

Un dernier rappel: Avant d'utiliser n'importe lequel de ces adhésifs il faudra, au préalable, avoir bien dégraisser les surfaces d'applications. C'est la condition sine-qua-non à un résultat propre ét durable.

Partager cet article

Published by Kuruma - dans Outillage
commenter cet article
2 février 2014 7 02 /02 /février /2014 14:34

Bonjour,

 

Le domaine de l'outillage dédié à la RC est aujourd'hui très développé !

Une multitude de fabricants proposent leurs gamme, plus ou moins éclectique, d'outils RC.

 

Avoir des outils, c'est bien, mais les avoirs toujours à porté de mains c'est mieux !!

 

Pour répondre à ce besoin j'ai investi dans une trousse spécifiquement développée pour les outils RC.
Il en existe aujourd'hui plusieurs crées par diverses marques de RC.


J'ai opté pour une "toolbag" de marque Medial Pro

Medial Pro XP Tool Bag (réf: #MPB-0110)

 

Je peux ainsi y ranger les tournevis que j'utilise le plus souvent.

 

 

En détails:
- Tournevis hexagonal de 1.5 (Turnigy)
- Tournevis hexagonal de 2.0 (Turnigy)
- Tournevis hexagonal de 2.5 (Turnigy)
- Tournevis hexagonal de 3.0 (Turnigy)

- Tournevis porte-embouts Aluminium

- Tournevis hexagonal de 2.5 (Hobbytech)

 

- Scalpel (Excel)

- Ciseaux à lexan (Hobbytech)
- Alésoir de carrosserie (Graupner Racing)
- Outil de montage / démontage roulements à billes (Team Integy)

 

- Tournevis hexagonal de 1.5 (Route 246)
- Tournevis Philips de 1.5 (Route 246)

- Tournevis Philips de 3 (Route 246)

- Tournevis à douille de 4.5 (Hudy)

 

Cette trousse à outils est très pratique à transporter grâce à sa poignée intégrée. De plus, la qualité générale est excellente et respire la solidité.

 

La constitution d'un outillage complet, dédié au modélisme RC, n'est pas une mince affaire !

A venir donc, très prochainement, d'autres articles consacrés à l'ensemble des équipements et consommables que j'utilise spécifiquement pour le modélisme radiocommandé.

Partager cet article

Published by Kuruma - dans Outillage
commenter cet article
16 décembre 2013 1 16 /12 /décembre /2013 17:27

Bonjour,

Il est une discipline RC, existant depuis quelques années déjà, que je n'avais encore jamais testé.


Cette discipline, venant tout droit du Japon, à pour but principal la glisse continue et maitrisée.

Vous l'aurez compris il s'agit là de Drift RC !

Le Drift RC m'a toujours fasciné sur bien des aspects.

C'est principalement par l'intermédiaire de blogs et de sites Japonais que je suivais, de loin, l'évolution de cette discipline.

J'ai décidé de franchir le pas grâce au formidable travail de deux personnes très impliqués dans le milieu du Drift RC: Rody Takahashi et Hideaki Baba.
Leur passion est très communicative, ceci expliquant cela ! 

Une des marques pionnière de cette discipline n'est nulle autre que Yokomo.


Présentation succincte du Drift RC:
Le Drift RC est né, comme son homologue échelle 1/1, au Japon.
Dans cette lointaine contrée, appelée communément "pays du soleil levant", il y a une quantité impressionnante de passionnés de Drift RC. Ces derniers vouent un véritable culte à cette discipline atypique. L'implication des Drifteurs Japonais est totale. Il n'est d'ailleurs pas rare de voir certains d'entre eux présent chaque jour, après leur journée de travail, sur la piste de leur club de Drift pour s'entrainer et régler encore et encore leurs châssis !

Cette discipline RC est, somme toute, relativement récente (une dizaine d'années).
C'est au Japon que les nouvelles tendances, en matière de Drift RC, voient le jour.
Dans les stands des pistes dédiées, il n'est pas rare de voir multitude de prototypes personnels et de châssis en cours de développement par les firmes du Drift RC.

 

Alors, pourquoi avoir de l’intérêt pour le Drift RC?
En réalité pour plusieurs choses !

Cette catégorie RC est fascinante par le soin et la rigueur, presque maladive, apportées au détaillage des carrosseries.
Le Drift Rc n'est possible qu'avec un châssis préparé, ou dédié, à cet équilibrisme. Et que dire des châssis de Drift, comment les décrire: ingénieux, audacieux, inédits, ...
J'arrête là avec les superlatifs et autres qualificatifs tellement la liste pourrait être longue !

 

Le Drift est une catégorie de la RC dans laquelle la conception et les solutions techniques, dans les domaines mécaniques et électroniques, sont en constantes évolutions.
Le niveau est aujourd'hui tel, que les châssis sont devenus extrêmement pointus. Si bien que la variation du comportement d'un châssis par rapport à un autre est flagrante!

 

En Drift RC, la finalité veut que le châssis soit en adéquation avec le style de pilotage de son propriétaire. Ce résultat n'est possible que grâce à un réglage pointu des châssis mais aussi grâce à certaines modifications. Il faudra engranger des heures et des heures d'essais et de séances de réglages pour atteindre, petit à petit, cet objectif: la symbiose parfaite entre le pilote et sa machine !

Les châssis récents sont toujours plus en adéquation avec l'essence même de cette discipline.
Ceci en grande partie grâce aux pilotes, metteurs au point, qui travaillent activement pour extraire toujours plus de potentiels de ces châssis.


Parlons pneumatiques:
En Drift, comme dans toutes les autres catégories, les pneus ont un rôle prépondérant.
Vous avez l'embarra du choix en terme de choix pneumatique. Outre la dureté et la matière du pneu, il y a des paramètres qui sont intrinsèques au Drift RC.
Ainsi, il est possible de trouver des pneus dont les formes sont très diverses: arrondis, chanfreinés (avec plusieurs nuances angulaires), plats, avec logement pour cerclages, ...

 

Alors, pourquoi autant de paramètres sur de simples pneus ?
Est-ce parce que l'on est toujours aux prémisses de cette discipline, pendant laquelle on avance par tâtonnement pour érigé ce qui sera demain le standard du pneu drift ?
Ou alors est-ce une réelle nécessité ?
En fait, comme dans les autres catégories RC, les spécificités de la piste sont prépondérantes vis-à-vis du choix des pneus.
Le type de revêtement et le niveau de grip d'une piste influent donc sur la dureté mais aussi la forme des pneumatiques.

 

Le Drift RC, une discipline à part entière:
C'est un fait, le Drift RC compte de plus en plus d’adeptes de part le monde.
Il y a aujourd'hui une pléiade de fabricants de châssis Drift RC. Pour la plupart de ces firmes, le Drift n'est qu'une composante de leurs gamme. Pour d'autres, au contraire, la discipline représente 100% de leur gamme (Max Speed Technology, StreetJam, ...)

Cette effervescence à vu émerger des entreprises qui ce sont spécialisées dans la conception et l'usinage d'options inédites dédiés aux châssis de Drift (Overdose, Wrap Up Next, ...).
Ces options spécifiques, à la finition quasiment irréprochable sont principalement d'origines Japonaises (enRoute, Eagle Racing, Kazama, MST, Wrap-Up, RC926, ...)


Certaines options, très travaillées sont proposés à des prix assez impressionnant !

Etant amateur de mécanique, je dois avouer que dans cette discipline les fabricants font preuve d'audaces.
C'est sans doute cet anticonformisme, cette audace en terme de conception et de perpétuelles recherches de nouvelles solutions techniques qui m'ont attirés vers cette branche du modélisme radiocommandé.


Qui dit initiation à une nouvelle discipline, dit apprentissage:

Avant de passer à la pratique, il faut se familiariser avec les différents termes et autres qualificatifs spécifiques au Drift RC.

Le principal terme technique, propre au Drift Rc, que j'ai dû assimiler à été le Countersteer.

 

Qu'est-ce que le countersteer?
C'est le principe d'avoir une prépondérance naturelle de la vitesse de rotation des roues arrières par rapport à celles de devant.
Le countersteer est variable suivant les besoins de chaque pilote.

Sur un châssis 4x4 à transmission par cardan central:
Le countersteer sera généré par la modification des rapports de réduction pignon d'attaque/couronne des différentiels (spool ou roues-libres) avants et arrières.
 
Sur un châssis 4x4 à transmission par courroies:
Le countersteer sera généré par la modification des rapports de réduction des différentes poulies entrants dans la chaine cinématique de la transmission.

 

On parlera "d'Overdrive" pour exprimer un countersteer crée par l'augmentation de la vitesse des roues arrières. A contrario on parlera "d'Underdrive" pour une diminution de la vitesse des roues avants.

 

Le countersteer s'exprime en ratio.
Allant de 1.1 à plus de 2.3 pour les extrêmes.
Ces chiffres expriment le nombre de tours fait par le train arrière lorsque les roues avants on fait 1 tour.

Après cette aparté, somme toute assez conséquente, voici le vif du sujet !

L'objet de ce topic est la présentation de mon premier châssis de Drift.  

 

Mon cahier des charges était assez simple:
- Une base abordable conçue spécifiquement pour le Drift RC
- Un modèle en Kit, à monter
- Un châssis très optionnable
- Une transmission par courroie

 

Un modèle en particulier à retenue toute mon attention.
Ce modèle est le TEH R31 (R2 Hobbies)
Le R31 est un châssis assez ancien mais toujours très populaire dans le milieu du Drift RC !

Etant donné une orientation "opptionnite" choisie pour ce projet, il n'y aura plus grand chose d'origine une fois le travail achevé !

Le R31 est construit autour d'un châssis de type baignoire en plastique chargé de fibres.

Un logement spécifique est présent, en position longitudinale arrière, pour l'accu de propulsion.
 
Ci-dessous, les différentes pièces constituants ce kit.

 

Les différentes grappes:

 

Visserie, cardans, amortisseurs, sauve-servo, ...

Le TEH R31 est un châssis à 4 roues motrices entrainées par 3 courroies crantés (deux de 180 dents et une de 420 dents).
Leurs faible largeur permet d'abaisser le coefficient de frottement global.

D'origine, les cellules avants et arrières reçoivent des différentiels à billes.

Le groupe propulseur prend place à l'avant, en position transversale, juste derrière la cellule avant.

 

Le TEH R31 est d'origine bien équipé:
- Entièrement sur roulements à billes
- Biellettes à pas inversés pour réglages de carrossage et ouverture (à l'avant)
- Amortisseurs hydrauliques
- Différentiels à billes
- Cardans CVD

 

L'idée de pouvoir se "lâcher" au niveau des options à été l'un des facteurs prédéterminant à l'achat de ce châssis.
Cela tombait bien car Eagle Racing à développé une pléiade d'options dédiés au R31.
Connaissant bien Eagle à travers leurs options pour Mini-Z, je suis parti confiant sur ce projet.

Eagle Racing propose ses options pour R31 en bleu ou doré. J'ai volontairement opté pour la couleur doré pour changer du sempiternel bleu fluo ultra utilisé par bien des optionneurs !

Ci-dessous le montage étape par étape de ce châssis !    

 

Voici les options choisies:
- Kit triangles avants + arrières option aluminium
- C-Hub (chasse 13°) option aluminium
- Fusées avants + arrières option aluminium
- Palier de cellule avant option aluminium
- Palier de cellule arrière option aluminium
- Différentiel à billes option (poulie 39T)
- Poulie Delrin pour différentiel à bille option (40T)
- Direction complète option aluminium
- Palier inférieur de l'axe de couronne primaire
- Partie supérieure du palier de l'axe de couronne primaire (avec logement pour ventilateur moteur)
- Support moteur option aluminium
- Renfort de cellule avant option carbone
- Renfort de cellule arrière option carbone
- Palier inférieur de l'axe de poulie arrière option aluminium
- Partie supérieure du palier de l'axe de poulie arrière option carbone
- Supports des axes de triangles option aluminium
- Support parechocs avant option aluminium
- Support d'amortisseur avant option carbone
- Support d'amortisseur arrière option carbone
- Poulie spécifique avec adaptateur support de couronne option aluminium
- Tendeur arrière de courroie sur roulement option aluminium
- Flasque support de couronne primaire  
- Axes de poulies spécifiques pour montage de poulies aluminium
- Poulies option aluminium x2 (16T)
- Arbre rigide option aluminium
- Poulie option aluminium (36T) pour arbre rigide arrière
- Kit de biellettes à pas inversés option aluminium
- Noix de cardans option pour arbre rigide arrière
- Amortisseurs hydrauliques GMade XD Diaphragm 55 mm (by JUNFAC)
- Visserie intégralement en inox

 

Toute la visserie utilisée pour ce projet est en inox A2 (CHC, BHC, FHC et Hc).

 

Etape n°1: Montage des supports des axes de triangles

 

Etape n°2: La direction sur roulements (visserie inox)

 

Etape n°3: La direction option montée sur le châssis

 

Etape n°4: Montage du support moteur

 

Etape n°5: Montage du palier avant de l'arbre de poulies (partie inférieure)

 

Etape n°6: Montage du tendeur de courroie sur support moteur (2 roulements sur axe)

 

Etape n°7: Assemblage de l'arbre des poulies avants, avec moyeu porte couronne (poulie centrale: 16 dents; poulie latérale: 18 dents) (arbre primaire)


Les arbres des poulies sont des options car il est impossible de monter des poulies options alu sur les arbres d'origines issus du kit du TEH R31.

 

La couronne choisie (110 dents en 64 dp):

Pour accroitre la souplesse de fonctionnement, la couronne primaire est passée en 64Dp (48 Dp d'origine).
Cette dernière, de marque Max Speed Technology, est très fine et exempte de tout voilage.

 

Etape n°8: La couronne montée sur l'arbre primaire


Cette couronne est maintenue en position par l'intermédiaire d'un flasque en Aluminium (option Eagle Racing) fixé par 4 vis BHC en inox.

 

Etape n°9: Assemblage de l'arbre des poulies arrières (poulie centrale: 22 dents; poulie latérale: 16 dents) (arbre secondaire)

 

Etape n°10: Différentiel à billes option (montage à l'avant)

J'ai volontairement décidé de garder un différentiel à billes à l'avant.
J'ai opté pour l'option différentiel à bille complet d'excellente qualité Eagle Racing (sortie de différentiel en Fortal HR 7075 anodisé dur.
La poulie du différentiel (d'origine 39 dents) à été remplacée par une identique, option Delrin Eagle Racing, de 40 dents.

 

Etape n°11: Arbre rigide arrière (montage d'une poulie option alu de 36 dents)


Seul bémol, la couleur de l'arbre rigide (malheureusement plus disponnible en "gold")

 

Etape n°12: Paliers de cellule avant montés

 

Etape n°13: Paliers de cellule arrière montés


Les cellules options avants et arrières sont en "demi-coquilles".
Les roulements (de différentiel ou spool ou roue-libre) sont montés sur des supports en plastiques. Ces supports sont montés encastrés dans les demi-coquilles inférieures des cellules.

 

Etape n°14: Montage du palier arrière de l'arbre de poulies (partie inférieure)

 

Etape n°15: Montage de la partie supérieure du palier d'arbre des poulies avants + arbre poulies avant + différentiel monté dans cellule + courroie avant (180 dents)

 

Etape n°16: Montage de la partie supérieure du palier d'arbre des poulies arrières (carbone) + arbre poulies arrières + tendeur de courroie arrière

 

Vue d'ensemble:

 

Etape n°17: Montage des renforts de la cellule avant (carbone)

 

Etape n°18: Montage des renforts de la cellule arrière (carbone) + arbre rigide monté dans cellule arrière

 

Vue d'ensemble:

 

Etape n°19: Montage des triangles avants

 

Etape n°20: Le train avant équipé de ces fusées, cardans, étriers et biellettes de carrossage.


Les triangles avants et arrières ont été calés (rondelle aluminium Max Speed Technology de 0.3 mm + entretoises d'origine de 2mm).
Ainsi suppression des jeux axiaux sans pour autant avoir de contraintes (à vide, les triangles sont parfaitement libres).
Tous les pas inversés sont en Aluminium (option Eagle pour châssis R31 FM16). Toutes les rotules utilisées sont issues des options Eagle Racing.

 

Etape n°21: Le train arrière avec ces triangles, fusées, cardans et biellettes de carrossage.

 

Vue d'ensemble:

 

Etape n°22: Montage du support d'amortisseur avant et des biellettes de direction

 

Etape n°23: Montage du support d'amortisseur arrière + plots de carrosserie

 

Etape n°24: Montage du parechocs avant + plots de carrosserie

 

Vue d'ensemble:

 

Les amortisseurs choisis: GMade XD Diaphragm 55 mm (JUNFAC)


Une excellente finition (corps et bouchons en aluminium anodisé). Les joints toriques d'origines n'ont pas été utilisés (joints toriques options Max Speed Technology)

 

Etape n°25: Montage des amortisseurs sur le châssis

 

Vue d'ensemble avec roues montées (Jantes Speed Way Pal 6 Spoke + Pneus Drift Eagle Racing):





Ecrous de roues spécifiques en aluminium.

 

Etape n°26: Le sous-châssis

En définitive, le montage / optionnage ne s'est pas fait sans quelques difficultés. Le différentiel avant et le spool, à l'arrière, ont été calés avec des rondelles spécifiques.
Un calage de 3 dixièmes est nécessaire (rondelles spécifiques MST) pour ne pas précontraindre les roulements lors du bridage des demi-coquilles et ceci à l'avant comme à l'arrière.
La liberté de transmission est de mise et ce n'était pas gagné d'avance !

Force est de constaté que l'anodisation dorée ne passe pas inaperçue.

Il me reste encore pas mal de boulot sur ce châssis.
Le servo de direction sera monté dès réception des supports dédiés en aluminium.
La motorisation sera confiée à un combo brushless Speed Passion (Reventon Pro + moteur en 10.5)

Le pignon opté pour commencer les réglages de ce châssis:

Modèle en Titane, allégé par perçages borgnes sur la périphérie.

 

Voici le Countersteer (CS) obtenu sur ce châssis:

 

On obtient donc un CS = 1.72
Les roues arrières tournent donc 72% plus vite que celles de devant.
J'ai d'autres poulies en stock pour faire varier la valeur du CS.
Attention tout de même à la longueur des courroies en fonction des poulies choisies !

En terme de carrosserie, ce sera sans doute une Skyline GTR (R32, R33 ou R34)

Partager cet article

29 novembre 2013 5 29 /11 /novembre /2013 17:49

Bonjour,

 

Petite mise à jour sur ma Cup Racer.

J'ai fini d'apposer les stickers et ai monté les rétroviseurs. Il me reste encore à monter 2/3 accessoires (sortie échappement, essuie-glace, plaque immatriculation, ...).

Concernant le châssis, les options ont été montées.

 

Donc, au programme, montage de:
- Amortisseurs options HPI en aluminium avec bague de précontrainte filetée (qui eux sont de très bonne facture).
- Support amortisseur arrière option HPI en carbone.
- Biellette, de tirant de direction, option HPI en aluminium.

 

J'ai aussi monté le kit de freins à disques décoratifs option HPI.
A l'occasion, j'ai l'intention de faire réaliser des disques de freins plus en adéquations avec l'époque de cette auto (disques pleins et surement plus petits en Ø).

 

Le châssis à également reçu une partie de son électronique:
A la direction j'ai opté pour un servo Bluebird BMS-631MG (pignons metal, montés sur roulements) de 6.2Kg de couple sous 6V.
Au niveau de la motorisation j'ai opté pour un moteur brushless (Yeah Racing) de 9T, 4300 KV sensorless (le contrôleur n'est pas encore monté).

 

Le châssis:

 

Détails sur les disques de freins:

 

La carrosserie:

 

Il me reste encore un peu de travail, la suite dans quelque temps ...

Partager cet article

29 novembre 2013 5 29 /11 /novembre /2013 17:48

Bonjour,

J'ai pendant longtemps admirer, sur la toile, les châssis Cup Racer de chez HPI.

J'ai sauté le pas en Décembre 2011 et ai passé commande, chez mon détaillant (DSL Modélisme), d'une Cup Racer !

HPI a, à mes yeux, réussit à nous replonger dans l'ambiance vintage avec les Cup Racers !


Ces châssis sont proposées avec plusieurs carrosseries: Datsun 240Z, Datsun 510, BMW 2002 turbo, Porsche 911 ou Toyota Levin version drift.
Des carrosseries atypiques pour un châssis atypique, c'est tout ce que j'aime !

Les Cup Racers sont uniquement vendues en kit et ce n'est pas pour me déplaire car le montage fait partie intégrante du modélisme.


Le châssis, à proprement parlé, est un 4x4 (transmission par cardan central). La qualité est présente avec des pièces parfaitement dimensionnées. Le savoir-faire HPI est ici parfaitement mis en avant !
La possibilité de réglage des Cup Racer est très importante ce qui n'est pas négligeable pour un modéliste confirmé.

L'une des grandes forces des Cup Racer réside dans l'aspect "modulable" de leurs châssis. En effet, l'empattement est réglable (210 ou 225 mm) ainsi que la largeur des voies (162 à 188 mm).
Avec ces cotes, pas de doute, nous sommes pleinement dans le secteur des M-châssis avec ces empattements.

Tous les organes en rotations de cette HPI sont munis de roulements étanches (2RS), seul le renvoi de direction est monté sur bagues bronzes (ainsi que les renvois d'amortisseurs avants en cas de configuration "inboard").

 

Car oui, Il est possible de choisir la configuration de l'amortissement avant (in board ou conventionnelle). Les carrosseries basses à l'avant peuvent donc parfaitement se monter sur les Cup Racer.

Coté technique:
Le train avant est équipé d'un différentiel à pignons coniques dont la dureté est réglable par mise sous tension (ressort de contrainte) et graisse spécifique.
Le train arrière est quand à lui gratifié d'un différentiel à billes.


C'est plutôt déroutant d'avoir 2 technologies de différentiels différentes sur un même châssis: d'un coté un différentiel à billes facilement réglable de l'extérieur, de l'autre un différentiel à pignons avec démontage obligatoire pour en modifier la dureté. (Tamiya a tout de même déjà utilisé cette pratique sur les châssis Touring TA01 et TA02.)

 

Revenons à cette Cup Racer.
L'amortissement est ici confié à 4 amortisseurs hydrauliques de petit format.
Les cardans sont homocinétiques, l'entrainement des roues se fait par des hexagones spécifiques. D'ailleurs plusieurs hexagones sont fournis pour régler la largeur des voies.

Ce kit est très plaisant à monter, toutes les étapes sont parfaitement décrites dans le manuel. Toute la visserie fournie par HPI est à empreintes 6 pans creuse, il faut donc avoir un bon jeu de clefs ou des tournevis adéquats. 

Modifications apportées:
J'ai passé la direction, ainsi que les renvois d'amortisseurs avants sur roulements (car j'ai choisis la configuration amortisseurs avant "in-board"). Je dois dire que la direction a gagné en précision !


Toute la visserie d'origine à laissée place à une homologue en inox A2. Et oui j'ai une sainte horreur de la visserie acier (sauf sur mes vraies Vintages).

Le seul bémol lors du montage de cette Cup Racer aura été la qualité des amortisseurs fournis dans kit.
J'ai eu la mauvaise surprise d'avoir un amortisseur qui perdait toute son huile. Du coups démontage , changement des joints, remontage et toujours une fuite !

Je me suis finalement rendu compte que le corps de l'amortisseur incriminé avait un défaut.

Un peu agacé, j'ai passé commande des amortisseurs options aluminium HPI  (références #87597).
J'en ai profité pour commander quelques autres options: supports d'amortisseurs avant et arrière en carbone (références #87089 et #87170) ainsi que la biellette de commande de servo en alu (référence #86983). 
Enfin, pour accroitre le réalisme, j'ai commandé le kit de 4 freins à disques (référence #87596). Toutes ces options seront montées ultérieurement.

Après le châssis passons à la carrosserie. Mon choix s'est porté sur la Datsun 510. Pourquoi ? Car c'est une voiture que j'apprécie énormément !
J'adore cette auto avec son petit L16 Nissan de 1.6 l de cylindrée. La 510 est un modèle des années 70 qui à participé à de nombreuses compétitions et qui est encore aujourd'hui très populaire au Japon.

Pour coller à l'esprit rétro de cette 510, je souhaitais une teinte adaptée à l'esprit de cette auto sportive des années 70. Après quelques recherches je suis parvenu à trouver un bon compromis sur la teinte : le PS-14 Tamiya (Copper).

Place aux photos:

 

La suite dans la deuxième partie avec la présentation du châssis ...

Partager cet article

Présentation

  • : Kuruma modelisme
  • : Blog consacré au modélisme radio-commandé. Modèles vintages et récents. Restaurations, "optionnite", astuces, ... Histoire de la RC, essais, ...
  • Contact

Translate

JP-Flag.png      UK-flag.png      DE-flag.png      ES-Flag.png      IT-Flag.png      PT-Flag.png

Recherche

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -